Make your own free website on Tripod.com
| Accueil | Recherche | Forum | Contact | Recommander | Livre d'Or | Annonces | Liens |

      

Langue :                                        

Critiques sur Tajerrumt

19 et 20

 

En page 19 et 20 (Quelques règles phonétiques)

Feu Mammeri avait écrit :

« Il y a en berbère, trois (3) voyelles pleines ‘’A’’, ‘’I’’, ‘’U’’, dont les alternances jouent éventuellement un rôle grammatical.

En exemples, il cite :

 

Axxam

Une maison

Uxxam

La maison

Ixxamen

Les maisons

 

Il y a à retenir que feu Mammeri écrivait, tantôt ‘axam’ (avec un ‘x’), tantôt ‘axxam’ (avec deux ‘x’) !

En paragraphe suivant, il écrivit :

« Une quatrième voyelle dite ‘’chewa’’ (ou voyelle zéro), elle ne joue aucun rôle grammatical ou sémantique. C’est un simple outil phonique, destiné à faciliter la prononciation quand plus de ‘deux’ consonnes se suivent. »

« A l’intérieur d’un même mot, la ‘chéwa’ puisse changer de place selon l’entourage phonétique, poursuivi feu Mammeri, en guise d’amples explications »Il donna  comme exemples :

 

Ixdem

Il a fait

Ixedm - it

Il l’a fait

 

Ici, l’allusion est claire, il avait comparé la voyelle ‘e’ qu’il qualifie de ‘chewa´ à la ‘hemza´ arabe qu’on utilise tantôt sous la ligne, tantôt sur la ligne, et parfois au dessus de la ligne.

Feu Mammeri, tout comme ceux, qui comme lui ne dissocient pas le ‘d’ de ‘’dt’’ en fit une erreur sémantique très grave.

En écrivant :

 

Ixedm – it.

Ce qu’il traduit par :

 

Il l’a fait

 

Le plus avisé des lecteurs ne saura lire comme l’aurait voulu feu Mammeri !

A tous ceux, celles à qui que nous avons proposé lecture de ces deux mots, sans au préalable les traduire en français, avaient lu contrairement à ce que l’avait préconisé feu Mammeri.

Les lecteur prononcent, tantôt ‘d’ normal, tantôt ‘d’ spirant.

Le choix est laissé aux lecteurs de prononcer comme bon leur semble ce ‘d’ dans de différents mots, ce qui induit inévitablement en erreur, le lecteur, le plus, avisé.

En nota bene, feu Mammeri écrit :

 

d + t spirant  = tt occlusif (ts) ou t’ ?

 

En vertu de la règle  (de quelle règle s’agit-il ?) une spirante allongée passe à l’occlusif correspondante.

 

D + T = TT.

 

Twalat – ten

pour twalad-ten

 tu les a vus

 

Ceux qui auront donc à se conformer aux instruction toute hâtivement apprêtées ils doivent écrire :

 

Twalat – ten !

 

Mais pas :

 

Twalad- ten !

 

En nous risquant d’appliquer de ces soit disantes règles d’écriture à la langue française, nous aurons à griffonner :

 

Tu léz avu,

 

mais pas :

 

Tu lé zavu !

 

Ce que, lui, n’avait jamais osé faire !

Tamazigt, pour notre auteur était bien une assez sous – langue dont il suffisait d’être instruit dans une quelconque autre langue qui s’écrirait en caractères latins pour être ‘professeur’ de langue berbère. Il ne s’en est défait de cette impression que lorsqu’il lut notre ouvrage’la nouvelle orthographe grammaticale ta maziptt’ ‘’’T irrigoemtt ta yenaytt ta maziptt’’’ !

Nous lui avions demandé une préface pour notre ouvrage, il donna son accord de principe, mais il prit le temps de réfléchir si cela ne remettrait pas quelque peu en cause son travail. Nous, nous n’avions pas insisté, et lui, il ne prit pas la peine de le faire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


| Accueil | Recherche | Forum | Contact | Recommander | Livre d'Or | Annonces | Liens |
                                                                                                               

Copyright © 2003 [tamusni.tripod.com]. All rights reserved. TR.