Make your own free website on Tripod.com
| Accueil | Recherche | Forum | Contact | Recommander | Livre d'Or | Annonces | Liens |

      

Langue :                                        

Ta mazight langue nationale …

 

     En  attendant mieux, faut-il relancer et recentrer le débat sur les règles d’écriture ou continuer la course aux honneurs et aux avantages ?  

     La consécration de ta mazight comme langue nationale semble redonner goût au débat sur ces différents paramètres. Etait ce cela qui nous manquait pour renaître de nos silences et de nos compromis ? Peut importe puisque nous nous retrouvons au même point qu’il y a 12 ans.

     Les mêmes questions ressurgissent avec les réponses que chacun préconise selon son parcours et son appartenance idéologique. Mais, s’est on jamais résigné à voir les choses telles qu’elles se présentent :

     Pourquoi veut on forcer ta mazight à aller contre l’aspiration de ses enfants naturels en lui infligeant une «écriture qui la régionalise à outrance (écriture phonologique) alors que nos éminents spécialistes reconnaissent bien l’unité de sa structure profonde à travers tous les parlés a mazigh ?

     Quand on entend certains  militants, sincères certes, prôner que le Kabyle doit être l’a mazigh national et officiel parce que cette région s’est beaucoup sacrifier pour la cause, on se demande où est l’argument scientifique qui peut  convaincre de se soumettre à une telle approche.

     En vérité il y a deux approches possibles pour parler de normalisation ou d’unification de la langue a mazighe :

     La première est directement liée au courant de la transcription phonologique qui prône que toute langue est un dialecte avec une armée derrière.

     Pour cela c’est normal qu’on prenne un parlé a mazigh et qu’on l’impose comme l’a mazigh nationale et officiel. Ce courant dominant en Kabylie pense que l’unification se fera par l’oralité.

     La deuxième approche, qui est pour moi la plus dynamique et synergique est celle qui prône l’unification de la langue à partir de l’écriture. L’écrit étant une troisième langue qui prendra en compte la structure profonde de la langue sans exiger l’élimination des accents régionaux !

     Etant partisan de cette deuxième approche dont j’ai pris connaissance en 1989 je me permet encore aujourd’hui, dans cette brève intervention d’inviter les chercheurs, les enseignants et les écrivains de cette langues à se pencher sérieusement et sans complexe sur « la nouvelle orthographe grammaticale » de Lehcène  BAHBOUH et de harceler l’auteur sur la question et non sur sa vie privée.

     Ma conviction est grande que l’avenir de ta mazight est dans l’approche de ce « petit homme » que de nombreux docteurs ont balayé d’un revers de main magistral.

Une langue c’est d’abord ses génies et après ses docteurs.

 

HASSANI Mhamed

 

 

 


| Accueil | Recherche | Forum | Contact | Recommander | Livre d'Or | Annonces | Liens |
                                                                                                               

Copyright © 2003 [tamusni.tripod.com]. All rights reserved. TR.